• L'Ile aux chats !!!

     

    Les chats sauvages règnent sur l'Ile japonnaise d' Aoshima, à 30 minutes de ferry d'Ehime, dans le sud de l'archipel. Six fois plus nombreux que les humains, plus de cent vingt félins y prennent leurs aises dans les maisons abandonnées de ce village de pêcheurs. L'exode rural qui a suivi la fin de la seconde guerre mondiale a vidé l'île, désormais habitée par une poignée de retraités. La suprématie des félins y attire les touristes, qui viennent passer la journée sur « l'île aux chats » — comme on la surnomme dans la région —, en dépit de l'absence de restaurant ou de boutique. Pour Hidenori Kamimoto, 65 ans, « si les gens qui viennent sur l'île trouvent [la présence] des chats apaisante, c'est une bonne chose ». Il espère « juste que ça se fasse de telle sorte que ça ne devienne pas un fardeau pour les gens qui habitent ici ».

    Photos : Thomas Peter/Reuters

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    L'Ile aux chats !!!

    Partager via Gmail

    35 commentaires
  •  

    Grisou !!!

    Je vous présente Grisou le chat de mes parents .Il avait environ deux mois quand un bon matin il est venu chez mes parents dans le jardin .C'est un chat sauvage qui s'est bien habitué  et qui a ses habitudes. Sauf qu'avec Prisca nous jouons à cache -cache car elle court après es-ce par jeu .... Alors nous évitons  cela quand nous rendons visite à mes parents!!

    Grisou !!!

     

    Grisou !!!

     

     

    Grisou !!!

    Partager via Gmail

    41 commentaires
  •  

     

    Le coryza du chat !!

    Le coryza du chat


     


     
     
    Le coryza du chat

    Le traitement du coryza nécessite souvent l'administration d'antibiotiques

     
    Le coryza du chat est une maladie complexe, car elle n'est pas due à un seul microbe, mais à l'association de plusieurs virus et de bactéries. 
    Trois virus sont impliqués dans le coryza et provoquent chacun des symptômes différents :
    1. Un virus de la famille des « Herpes virus » responsable d'une infection du nez et des voies respiratoires. Les symptômes sont : toux, éternuements, importants écoulements au niveau des yeux et du nez, conjonctivite et faiblesse de l'état général (perte d'appétit et fièvre). C'est le virus le plus dangereux. Il peut être mortel chez des animaux affaiblis si l'on ne met pas en place un traitement rapide.
    2. Un Calicivirus provoquant lui aussi de la fièvre et de l'abattement, des écoulements oculo-nasaux et surtout des ulcères dans la bouche (plaques rouges très nettes sur la langue ou les gencives). Ces plaies dans la bouche sont douloureuses et provoquent salivation importante et perte d'appétit.
    3. Un Réovirus bénin qui provoque quelques larmoiements.
    A ces atteintes virales il faut ajouter les bactéries qui très souvent se surajoutent et provoquent des complications chez les chats déjà affaiblis. Le chat présente alors du pus dans les yeux et le nez.
     
    Les principaux symptômes
    Cette maladie touche en priorité les animaux vivant en communauté (chatterie, refuge, « famille nombreuse », chats semi-sauvages), les chatons et les adultes non vaccinés.
    Après une incubation courte (2 à 5 jours), les signes respiratoires (toux, éternuements), les écoulements des yeux et du nez, la perte d'appétit et parfois les tâches rouges dans la bouche apparaissent, de manière plus ou moins importante selon les animaux.

    Si plusieurs chats présentent les mêmes symptômes au même moment, il est fort probable qu'il s'agit du coryza qui est une maladie très contagieuse. La contagion s'effectue, (comme pour la grippe chez l'homme), sans contact direct, par les éternuements ou quand les chats se soufflent dessus.

    La maladie non traitée peut évoluer vers une guérison naturelle chez certains animaux résistants. Mais attention elle peut quelquefois se compliquer d'une nécrose des os du nez, avec infection généralisée, et finir par la mort de l'animal si celui-ci est déjà affaibli et refuse de s'alimenter.

    Un chat guéri du coryza peut rester porteur de longues années, et être à nouveau contagieux à la suite d'évènements tels qu'un stress, une mise-bas ou une autre maladie.

    Le traitement et la prévention
    Le traitement du coryza passe en général par l'administration d'antibiotiques (en comprimés, en gouttes ou en injections si nécessaire), pour éviter les complications bactériennes. Une aérosolothérapie peut également donner de bons résultats, si le chat se montre coopératif, car il s'agit de lui faire des sortes d'inhalations plusieurs fois par jour pendant 15 minutes !
    Des traitements complémentaires à base de L-Lysine, un acide aminé intervenant dans l'immunité anti-virale sont également parfois entrepris.
    Enfin, des antiviraux (interférons) sont parfois nécessaires dans les cas les plus graves récidivant fréquemment, mais ces traitements sont particulièrement coûteux. 
    Pour les cas graves, une hospitalisation est parfois indispensable, afin de réhydrater le chat et de lui administrer une alimentation liquide par sonde.

    La meilleure manière de combattre le coryza félin est la vaccination. Le vaccin contre le coryza est actif à la fois contre les Calicivirus, et contre la rhinotrachéite, et l'on y associe de plus en plus souvent un vaccin contre les Chlamydias, bactéries à l'origine de complications. La vaccination se fait en deux injections à un mois d'intervalle, avec un rappel tous les ans.
     

    Le coryza du chat !!

     

    Partager via Gmail

    23 commentaires
  •  

    Comprendre le langage du chat !!!

    Décrypter le langage de votre chat !!

    t
     


     
     
    Chat blanc aux yuex vairons

    Le chat possède différents moyens de communication

    Le langage des félins est composé d'un grand nombre d'expressions et de sons particuliers. En observant votre compagnon, vous apprendrez à déchiffrer son langage personnel car chaque chat a son caractère. Néanmoins, nous allons vous aider à mieux le comprendre et à communiquer avec lui.

    Comprendre ses miaulements

    Le répertoire vocal du chat comprendrait 16 vocalises différentes chez l’adulte et 9 chez le chaton. On distingue les murmures émis gueule fermée, les « voyelles » émises en fermant progressivement la gueule et les cris avec la bouche ouverte.

    Le miaulement constitue une demande. Suivant sa tonalité, il se fait chuchotement ou protestation.

    • Votre chat vocalise en boucle, avec peu de silences entre deux miaulements ? C'est pour lui une situation plutôt positive, excitante.
    • Votre chat émet des vocalises courtes espacées par de longs silences ? C’est une façon de lancer un SOS. D’ailleurs, les chatons utilisent ce signal pour alerter leur mère.

    Les ronronnements sont associés au plaisir le plus souvent mais aussi parfois à l'anxiété : le chat ronronne alors pour se rassurer lui-même.

    Les sifflements ou crachements sont la manifestation de la colère ou de la peur : dans ce cas, mieux vaut le laisser en paix.

    Il arrive que votre chat présente un claquement de dents associé à un miaulement ? Ce comportement est caractéristique d’un chat qui regarde une proie. Votre chat le fait peut-être lorsque vous lui préparez son repas.

     

    Comprendre ses attitudes

    Les oreilles et la queue en disent beaucoup sur l'état d'esprit de nos félins.

    Offensif ou défensif ?

    Les oreilles sont tournées vers l’extérieur, la posture est offensive.

    Si elles se trouvent en arrière, il a adopté une stratégie défensive. Votre chat peut d’ailleurs passer très rapidement d’une posture à l’autre.

    Mais votre chat peut tout simplement être en confiance et écouter les bruits de son environnement : ses oreilles sont alors droites, légèrement pointées vers l’avant, mobiles et indépendantes l’une de l’autre.

    Regardez votre chat ! Parfois il somnole en écoutant les bruits de la maison. S’il entend un bruit inhabituel, ses oreilles se pointent alors vers l’avant.

    Soyez attentif !

    Sentiment de peur : Quand la peur s'installe, les oreilles se couchent, le cou est rentré, la queue est sur le sol, agitée de petits mouvements nerveux. Cette agitation de la queue signifie souvent un début d'attaque alors attention !

    Sentiment de colère : Avec la colère, le corps s'élève, le poil se dresse, la queue dessine un arc, les crocs sont sortis et les griffes aussi !

    Les mouvements de la queue sont, en effet, des indicateurs facilement perceptibles par le propriétaire. Le balancement de la queue indique une émotion, qu’elle soit positive ou négative, mais le plus souvent, c’est un signe annonciateur d’agression.

    Les poils de la queue se hérissent lors de chaque forme d’agression (par irritation, territoriale, par peur…).

    Toujours là pour vous accueillir : à votre arrivée, votre chat arrive vers vous de face, la queue relevée, verticale ou légèrement recourbée à son extrémité. Il se sent en confiance et est attaché à vous. Cet accueil se termine souvent par un frottement contre vos jambes.

     

     

    Crédits photo : © E. Coumailleau - Chacha - Wanimo
     
     

    Comprendre le langage du chat !!!

    Partager via Gmail

    48 commentaires
  • chat

    Décrypter le langage de votre chat !

     
     
     
    Chat blanc aux yuex vairons

    Le chat possède différents moyens de communication

      
    Le langage des félins est composé d'un grand nombre d'expressions et de sons particuliers. En observant votre compagnon, vous apprendrez à déchiffrer son langage personnel car chaque chat a son caractère. Néanmoins, nous allons vous aider à mieux le comprendre et à communiquer avec lui.
    Comprendre ses miaulements
    Le répertoire vocal du chat comprendrait 16 vocalises différentes chez l’adulte et 9 chez le chaton. On distingue les murmures émis gueule fermée, les « voyelles » émises en fermant progressivement la gueule et les cris avec la bouche ouverte.
    Le miaulement constitue une demande. Suivant sa tonalité, il se fait chuchotement ou protestation.
    • Votre chat vocalise en boucle, avec peu de silences entre deux miaulements ? C'est pour lui une situation plutôt positive, excitante.
    • Votre chat émet des vocalises courtes espacées par de longs silences ? C’est une façon de lancer un SOS. D’ailleurs, les chatons utilisent ce signal pour alerter leur mère.
    Les ronronnements sont associés au plaisir le plus souvent mais aussi parfois à l'anxiété : le chat ronronne alors pour se rassurer lui-même.
    Les sifflements ou crachements sont la manifestation de la colère ou de la peur : dans ce cas, mieux vaut le laisser en paix.
    Il arrive que votre chat présente un claquement de dents associé à un miaulement ? Ce comportement est caractéristique d’un chat qui regarde une proie. Votre chat le fait peut-être lorsque vous lui préparez son repas.
     
    Comprendre ses attitudes
    Les oreilles et la queue en disent beaucoup sur l'état d'esprit de nos félins.
    Offensif ou défensif ?
    Les oreilles sont tournées vers l’extérieur, la posture est offensive.
    Si elles se trouvent en arrière, il a adopté une stratégie défensive. Votre chat peut d’ailleurs passer très rapidement d’une posture à l’autre.
    Mais votre chat peut tout simplement être en confiance et écouter les bruits de son environnement : ses oreilles sont alors droites, légèrement pointées vers l’avant, mobiles et indépendantes l’une de l’autre.
    Regardez votre chat ! Parfois il somnole en écoutant les bruits de la maison. S’il entend un bruit inhabituel, ses oreilles se pointent alors vers l’avant.
    Soyez attentif !
    Sentiment de peur : Quand la peur s'installe, les oreilles se couchent, le cou est rentré, la queue est sur le sol, agitée de petits mouvements nerveux. Cette agitation de la queue signifie souvent un début d'attaque alors attention !
    Sentiment de colère : Avec la colère, le corps s'élève, le poil se dresse, la queue dessine un arc, les crocs sont sortis et les griffes aussi !

    Les mouvements de la queue sont, en effet, des indicateurs facilement perceptibles par le propriétaire. Le balancement de la queue indique une émotion, qu’elle soit positive ou négative, mais le plus souvent, c’est un signe annonciateur d’agression.
    Les poils de la queue se hérissent lors de chaque forme d’agression (par irritation, territoriale, par peur…).
    Toujours là pour vous accueillir : à votre arrivée, votre chat arrive vers vous de face, la queue relevée, verticale ou légèrement recourbée à son extrémité. Il se sent en confiance et est attaché à vous. Cet accueil se termine souvent par un frottement contre vos jambes.
    Pour en savoir plus sur tous les moyens de communication des chats qu'ils soient ou non perceptibles par nous, humains, nous vous conseillons de consulter notre fiche sur Les moyens de communication du chat.
     
    Partager via Gmail

    15 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique