• Visitons Aigues-Mortes.....

    bienvenus

     

     

      Le sud de France Mai 2011 076

     

     

    Par le réseau routier, Aigues-Mortes est située à 35 km environ de Nîmes (Préfecture du Gard et 30 km de Montpellier Hérault. À vol d'oiseau : 32,5 km de Nîmes et 26 km de Montpellier.

    Le territoire communal est composé d'une partie de la plaine humide et des étangs de Petite Camargue. Il est séparé du golfe du Lion (mer Méditerranée) par la commune du Grau-du-Roi. Aigues-Mortes est cependant reliée à la mer par le canal du Grau-du-Roi.

    Ainsi les communes de Saint-Laurent-d'Aigouze et Le Grau-du-Roi sont limitrophes à la commune d'Aigues-Mortes. Ses habitants s'appellent les Aigues-Mortais et Aigues-Mortaises.

    Aigues-Mortes est l'une des 79 communes membres du Schéma de cohérence territoriale SCOT du Sud du Gard et fait également partie des 34 communes du Pays vidourle Camargue. Aigues-Mortes est l'une des 4 communes Loi Littoral du SCOT du Sud du Gard.

      Le sud de France Mai 2011 078

    Le nom d’Aigues-Mortes provient des marais et des étangs qui s'étendaient autour du village : Aquae Mortuae (1248) en latin, Aigas Mòrtas en occitan, qui signifie eaux mortes, c'est-à-dire stagnantes et vient aussi du fait qu'il n'y a jamais de vives eaux à Aigues-Mortes.

    De même en Occitan, "Grau" signifie un "étang avec bief". Ainsi "Grau du Roy" signifie en français "L'étang du Roi".

      Le sud de France Mai 2011 080

        L'intérieur de la ville....

     

    Le sud de France Mai 2011 081

     

     

    Le sud de France Mai 2011 082

     

          Son cinéma. Au nom de Marcel Pagnol !!!

     

    Un Romain du nom de Peccius aménage les premiers marais salins et donne son nom au marais du Peccais.

     

    Le sud de France Mai 2011 086

    On aperçoit en premier plan son Eglise dans cette rue commerçante

    Le sud de France Mai 2011 087

     A gauche  son Eglise et tout au fond de cette rue une place ou se trouve la statue de Saint-Louis !!!

    Au Moyen-Age : un port créée pour les croisades

    Le sud de France Mai 2011 084

     

    En 791, Charlemagne fait ériger la tour Matafère, au milieu des marécages, pour la sûreté des pêcheurs et des ouvriers des salins. Certains avancent que la signalisation et la transmission des nouvelles n’étaient pas étrangères à l’édification de cette tour destinée à donner l’alerte, en cas d’arrivée d’une flotte, à la tour Magne, à Nîmes.

    La vocation de cette tour passe du plan guerrier au plan spirituel quand Charlemagne l’octroie à l’abbaye de Bénédictins, consacrés à l’Opus Dei (l'œuvre de Dieu) et dont les incessantes psalmodies, de jour comme de nuit, font désigner leur couvent du titre de Psalmody ou Psalmodi. Ce couvent existe en 812, comme le confirme un acte de dotation faite par le Nîmois Badila à l’abbaye

    À cette époque, les habitants, qui vivent dans des cabanes en roseau, tirent leur subsistance de la pêche, de la chasse et de la production du sel produit dans différents petits marais salants en bordure de mer. La région est alors sous la domination des moines de l'abbaye de Psalmodie.

    En 1240, Louis IX qui veut se débarrasser de l'emprise des marines italiennes pour le transport des troupes pour les croisades, s'intéresse à la position stratégique que représente ce lieu pour son royaume. À cette époque, Marseille appartient à son frère Charles d'Anjou, roi de Naples, Agde au Comte de Toulouse et Montpellier au roi d'Aragon. Louis IX souhaite un accès direct à la mer Méditerranée. Il obtint des moines de l'Abbaye la ville et les terres alentours par échange de propriétés. Les habitants sont exemptés de la gabelle, impôt prélevé sur le sel qu'ils peuvent prendre sans contrainte.

    Il construit une route entre les marais et y bâtit la tour Carbonnière pour servir de tour de guet et ainsi protéger l'accès à la ville. Saint-Louis construit ensuite la tour de Constance pour abriter sa garnison. En 1272, le fils et successeur de Louis IX, Philippe le Hardi, ordonne la poursuite de la construction de remparts pour ceinturer complètement la petite ville. Les travaux ne s’achèveront que 30 ans plus tard.

    C'est de cette ville que Louis IX part par deux fois pour les Croisades : la septième croisade en 1248 et la huitième croisade en 1270 pour Tunis, où il meurt de dysenterie.

    1270 constitue à tort, pour beaucoup d'historiens, la dernière étape d'un processus engagé à la fin du XIe siècle. Le jugement est hâtif car le transfert de croisés ou de mercenaires à partir du port d'Aigues-Mortes a continué. L'ordonnance donnée en 1275 au chevalier Guillaume de Roussillon par Philippe III le Hardi et le pape Grégoire X après le concile de Lyon de 1274 en guise de renfort à Saint-Jean d'Acre en Orient, démontre que l'activité maritime y perdure toujours en vue d'une neuvième croisade qui n'aura jamais lieu . De ce fait de 1270 découle la croyance populaire voulant que la mer atteigne Aigues-Mortes à cette époque. En fait, comme le confirment les études de l'ingénieur Charles Léon Dombre, l'ensemble du port d'Aigues-Mortes comprenait le port proprement dit, qui se trouvait dans l'étang de la Marette, le Canal-Viel et le Grau-Louis, le Canal-Viel étant le chenal d'accès à la mer. C'est approximativement sur le Grau-Louis qu'est construite aujourd'hui La Grande-Motte.

     

    Le sud de France Mai 2011 089

     

     

         La tour de Constance .

     

     

     

     

    Le sud de France Mai 2011 093

     

     

     

    Le sud de France Mai 2011 091

     

     

          Vue extérieur des remparts  et ses parkings .

     

    Documentaires pris sur Wikipédia et photos personnelles !

     

      BONJOUR LES COPAINS

    Partager via Gmail

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :